Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)  
Accueil Portail Soninkara Accueil Portail Soninkara - Histoire Soninké Histoire Soninké - Apprendre le Soninké Apprendre le Soninké - Actualités Actualités Soninké - Emission en Soninké Emissions en Soninké - Centre Multimédia Centre Multimédia Soninkara - Album Photos Soninkara Album Photos Soninkara - Soninkara - RSS Feed - Forums Soninkara.com - RSS Feed - Forums Soninkara - RSS Feed

Ecoutez la radio Soninkara.com 24h/24 7j/7 - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)


Précédent   Forums Soninkara.com > Culture et Traditions > Culture
*** Top 100 *** S'inscrire FAQ Membres Calendrier Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

Culture Toutes les discussions sur la culture Soninké

Annonce Soninkara
Sujet du mois: Sonink'ART 2012 : donnez vos impressions

**************************


 
 
LinkBack Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 05/10/2008, 13h42   #1 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Bonjour

Nous savons que les Soninkés, à l’instar de toutes les populations ouest africaines, avaient des groupes socioprofessionnels dont l'artisanat était d’un apport inestimable dans l’équilibre de la société. Parmi ceux-ci, il y avait les tago (forgerons). A ce sujet, l'administrateur Gaston Boyer écrivait, en 1953, que : le tage est « l’artisan universel du village »*. Il revenait exclusivement au tage, avant la colonisation, de faire tous les outils agricoles. Dans un morceau, intitulé tage, Bintou Soukho disait que sans le tage, personne, dans la société, ne pouvait s’adonner à l’agriculture. Ganda Fadiga d’ajouter que c’était grâce au tage que les guerriers soninkés pouvaient se procurer des fusils et de leurs minutions (projectiles) pour aller à la guerre et se défendre en cas d’attaque ennemie. En plus de cela, qui d’entre nous ici n’avait pas accompagné ou vu sa mère chez le forgeron-orfèvre (kan tage) pour faire des parures de bonne facture pour elle-même et pour ses filles qui se marient. Même dans certains foyers de la région parisienne, on les voit toujours assurer le même rôle. Nous savons aussi que les hommes forgerons étaient les « circonciseurs » et leurs femmes des « exciseuses » de la société. Ils étaient, parce qu’ils maîtrisaient les secrets du feu, ceux auxquels on faisait appel quand quelqu’un se brûlait pour lire des paroles incantatoires sur la plaie pour qu’elle se cicatrise vite. C'est grâce à son artisanat que nombre d'autres professions pouvaient fonctionner : le garanke (cordonnier) travaillait avec le bunne (alène), le miselle (aiguille) du tage. Le tisserand avait besoin de son couteau (labo)ou de son ciseau (xemecu)pour couper les fils à tisser. Les exemples ne manquent pas. Tout cela dénote que les forgerons avaient un savoir-faire divers et varié et une place irremplaçable dans la société. Mais aujourd’hui, nous savons qu’avec l’introduction des nouveaux outils sur le marché consécutive à l’industrie moderne, avec la construction des hôpitaux, leur savoir-faire et technique est en réelle perte de vitesse. C’est pourquoi, dans le cadre de notre discussion hebdomadaire, j’aimerais bien que l’on parle de toutes les facettes de leur industrie, mais aussi de leur savoir-faire technique afin qu'ils soient connus des générations actuelles et futures.
Il s’agit de revaloriser leur savoir-faire en phase de disparition et non de dire que telle hiérarchie est supérieure à telle autre dans la société soninkée. Prière donc de rester dans le sujet. Bonne discussion.

__________________________________________________ __________
* Gaston BOYER, Un peuple de l'Ouest soudanais. Les Diawara, Dakar, IFAN, 1953, p. 101.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 09/10/2008 à 09h18.
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
 


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are oui


Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Film : Micro trottoir sur les Soninkés dans l'immigration et leur langue maternelle ? makalou Soninkan nxanne 4 24/04/2012 10h20
Emission sur le retour de Jeunes Maliens dans leur pays d'origine sur FRANCEO à 20h40 makalou Sujets Divers 25 17/12/2008 08h25
Quel est la place du savoir dans le milieu soninké kiitee Religion 3 05/03/2008 19h35
De 2000 à 2500 réfugiés mauritaniens au Sénégal attendus dans leur pays en mars Salem Actualités, Coupures de Presse 1 29/02/2008 21h20


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 12h54.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.0.0
Integrated by BBpixel Team 2014 :: jvbPlugin R1013.368.1
Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Soninkara.com © Tous Droits Réservés!

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86