Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)  
Accueil Portail Soninkara Accueil Portail Soninkara - Histoire Soninké Histoire Soninké - Apprendre le Soninké Apprendre le Soninké - Actualités Actualités Soninké - Emission en Soninké Emissions en Soninké - Centre Multimédia Centre Multimédia Soninkara - Album Photos Soninkara Album Photos Soninkara - Soninkara - RSS Feed - Forums Soninkara.com - RSS Feed - Forums Soninkara - RSS Feed

Ecoutez la radio Soninkara.com 24h/24 7j/7 - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)


Précédent   Forums Soninkara.com > Pays > France
*** Top 100 *** S'inscrire FAQ Membres Calendrier Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

France Tous les sujets sur la France

Annonce Soninkara
Sujet du mois: Sonink'ART 2012 : donnez vos impressions

**************************


Réponse
 
LinkBack Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 28/03/2009, 05h07   #1 (permalink)
Tony
Senior Member
 
Avatar de Tony
 
Date d'inscription: septembre 2007
Localisation: Paris XV
Messages: 181
Envoyer un message via MSN à Tony
Unhappy Fin de la polygamie à Moyotte...

Citation:
Au sortir de la barge qui relie Mamoudzou, la ville principale, à l'île de Petite-Terre, comme dans la rue du Commerce où les taxis slaloment entre les nids de poule, aucun signe ne laisse deviner que Mayotte s'apprête à vivre un événement historique.

L'issue semble fixée d'avance. Au soir de la consultation référendaire, dimanche 29 mars, cet archipel de 374 km2, entre le Mozambique et Madagascar, français depuis 1841 et peuplé de 186 452 habitants, pour la quasi totalité musulmans, devrait devenir le 101e département français, selon l'engagement du président de la République, Nicolas Sarkozy. Il sera le cinquième en Outre-mer avec la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et la Réunion.

Telle qu'elle figure dans le document officiel, en français et en arabe, la question de la "transformation de Mayotte en collectivité unique, régie par l'article 73 de la Constitution, exerçant les compétences dévolues aux régions", est complexe, tant l'écart est considérable entre le plus africain des territoires d'Outre-mer et l'Hexagone.

La réponse s'annonce beaucoup plus simple. Tous les partis politiques, de droite et de gauche - y compris le Parti communiste local, en contradiction avec ses dirigeants nationaux -, mais aussi les syndicats et les patrons font cause commune pour le "oui". Seules des rumeurs laissent entendre que des consignes de refus circuleraient dans certaines mosquées "fondamentalistes", tandis que les "m'zungus", les métros, qui se tiennent à l'écart de la campagne, pourraient manifester leur désaccord. Le député (MoDem) Abdoulatifou Aly, partisan lui aussi d'un "département 100 % français", a fait campagne en solitaire.

Ce n'est pas la première fois que les Mahorais se prononcent. A trois reprises, ils ont proclamé leur attachement à la France. En 1974, ils ont refusé, à 66 %, la voie de l'indépendance avec les Comores. Deux ans plus tard, ils l'ont à nouveau rejetée, à 99,4 %. En 2000, ils ont accepté à 73 % le statut spécial proposé par le gouvernement de Lionel Jospin, qui préfigurait la création d'un département.

"C'est d'abord l'aboutissement d'une promesse de 50 ans", assure Mansour Kamardine, ancien député (UMP). Le président (UMP) du conseil général, Ahmed Attoumani Douchina invoque, lui, "la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes". Au PS, Ibrahim Aboubacar, conseiller général, confirme cette unité "qui ne signifie pas une adhésion au gouvernement". En réalité, relève l'écrivain Nassur Attoumani, "plus qu'une affirmation de l'ancrage avec la France, c'est un choix délibéré de se séparer définitivement des Comores". La République islamique voisine continue de revendiquer la souveraineté sur l'archipel. "Quand on voit la situation des Etats à proximité, les Mahorais ne sont pas prêts de les rejoindre", tranche M. Attoumani.

Les contours du nouveau département demeurent extrêmement flous, et tout reste à construire. "On ne sera pas à l'abri de fortes tensions", reconnaît le syndicaliste Saïd Boinali (CFDT).

L'avenir du processus est lié au sort des quelque 60 000 clandestins anjouanais, comoriens et depuis peu africains des Grands lacs, qui continuent d'affluer sur les côtes. En 2008, 16 000 d'entre eux ont été renvoyés par la police selon des procédures expéditives, dont 6 000 avaient été interceptés dans les "kwassa-kwassa". Ces embarcations de fortune sont utilisées pour franchir dans des conditions de sécurité hasardeuses les 70 km du bras de mer qui sépare Anjouan de Mayotte. Au prix de salaires de misère et d'un habitat de fortune, les clandestins participent à l'économie souterraine, en contrepartie d'un accès à l'éducation et à la santé.

La départementalisation ne sera effective qu'en 2011, à la date du renouvellement de l'assemblée. D'ici à la fin de l'année, une loi organique devrait confirmer le résultat du référendum, puis une loi ordinaire fixera les modalités du nouveau conseil, le nombre d'élus et leur mode d'élection.

Depuis 2000, l'Etat a commencé, non sans difficultés, à rapprocher le droit local et ancestral du droit commun, national. La polygamie est désormais interdite et de nouvelles règles du mariage, de la famille et des successions vont être instaurées. La révision de l'Etat civil est en cours, mais avant la mise en place d'une fiscalité locale, dès 2014, il faudra élaborer le cadastre et définir des titres de propriétés inexistants. La Sécurité sociale n'est en place que depuis 2004 et les allocations familiales depuis 2002. L'application des minima et des droits sociaux, comme l'attribution des allocations, devraient se faire à partir de 2012.

Les Mahorais comptent sur la "solidarité nationale" et attendent de l'Etat un effort considérable de rattrapage en équipements et en infrastructures, pour le logement, la santé, l'éducation et le développement économique. Yves Jégo, le secrétaire d'Etat à l'outre-mer, l'a chiffré à 200 millions d'euros par an pour atteindre l'échéance de l'intégration d'ici 20 ans ou 25 ans. Le temps d'une génération.
Sources: Le Monde du 28 mars 2009 article de Michel Delberghe

La départementalisation de Mayotte va entraîner la fin de la justice cadiale, ou tout du moins la justice ne pourra plus être rendue sur la base du code coranique ce qui implique notamment que les filles ne pourront plus se marier dès 15 ans mais seulement à partir de 18 ans (comme le prévoit le code civil) et que les mariages polygames seront désormais interdits (les mariages polygames déjà célèbrés demeurant valables biensûr rassurez-vous!).

Wa Salam.
Tony est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2009, 09h50   #2 (permalink)
billl
Senior Member
 
Avatar de billl
 
Date d'inscription: mars 2009
Messages: 429
Par défaut

En gros, votez pour désislamiser une terre...merci Sarko
__________________
Bienheureux est celui qui meurt et meurent avec lui ses péchés.
Malheureux est celui qui meurt et que des péchés continuent de lui être inscrit à son compte.
billl est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2009, 10h13   #3 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Citation:
Posté par billl Voir le message
En gros, votez pour désislamiser une terre...merci Sarko
En même temps, ils ont leur destin entre les mains. Ils semble qu'eux-mêmes sont enthousiasmés pour faire partie de la mère partie. Ils n'ont qu'à assumer la médaille et ses revers.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 30/03/2009 à 00h04.
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2009, 11h45   #4 (permalink)
billl
Senior Member
 
Avatar de billl
 
Date d'inscription: mars 2009
Messages: 429
Par défaut

Citation:
Posté par Cheikhna Mouhamed WAGUE Voir le message
En même temps, ils ont leur destin en main. Ils semble qu'eux-mêmes sont enthousiasmés pour faire partie de la mère partie. Ils n'ont qu'à assumer la médaille et ses revers.
Oui, je le conçois, mais j'ai du mal à le croire.
J'ai du mal à croire que si tu dis aux mahorais : "vous allez devenir un département français, et on va vous soustraire des règles islamiques anti-républicaines", j'ai du mal à croire que ce petit "pays" peuplé à 90 % par des musulmans dirait oui.

Citation:
Vendredi 20 mars, aéroport de Dzaoudzi. La sénatrice Eliane Assassi et Jean-Louis Lemoing, tous deux cadres du Parti communiste français, sont accueillis par une quarantaine de femmes hostiles, huant et brandissant des pancartes telles que : “Les pro-état comoriens ne sont pas les bienvenus”. La raison de ce courroux ? La position des communistes, seul groupe parlementaire à s’être opposé à la départementalisation de Mayotte. “Il est où le débat ? Quelle possibilité donne-t-on aux partisans du “non” pour s’exprimer ?” demandera le lendemain Eliane Assassi au cours d’une conférence de presse. Et pour cause. Plus que discrets, les “nonistes” - le terme désigne les partisans du “non” - ont été absents de la campagne. Les seuls à s’être ouvertement manifestés sont un groupe de religieux qui, dans un reportage diffusé sur Télé Mayotte, ont exprimé leurs craintes de voir l’île abandonner l’islam et ses traditions. Secrétaire du Grand Cadi et membre du Conseil représentatif des musulmans de Mayotte, Oumar Ben Ibrahim milite pour le “non”. “Mais on n’a pas les moyens de le faire visiblement. Ceux qui sont pour le “non”, s’ils se déplaçaient d’un village à l’autre pour parler, auraient des problèmes”. Oumar Ben Ibrahim ajoute que la distribution à tous les électeurs d’un résumé en français et langue locales du Pacte pour la départementalisation de Mayotte, n’a pas aidé les Mahorais à comprendre les enjeux du scrutin. “Les gens ne le lisent pas. Comme ils sont acculturés, ils essaient de le lire en français mais ne comprennent pas bien. Ils ont du mal à lire en shimaoré. De toute façon, les gens ont été préparés à entendre uniquement le “oui”. Le mot “département” est tellement ancré qu’on n’imagine pas ne pas aller jusqu’au bout. Mais derrière le “oui”, il y a une souffrance interne que les gens cachent”.
Source
__________________
Bienheureux est celui qui meurt et meurent avec lui ses péchés.
Malheureux est celui qui meurt et que des péchés continuent de lui être inscrit à son compte.
billl est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2009, 12h20   #5 (permalink)
Fodyé Cissé
Fodyé Bine Khoudjédji
 
Avatar de Fodyé Cissé
 
Date d'inscription: juin 2006
Localisation: Stains
Messages: 7 147
Envoyer un message via MSN à Fodyé Cissé Envoyer un message via Skype™ à Fodyé Cissé
Par défaut

Citation:
Posté par billl Voir le message
Oui, je le conçois, mais j'ai du mal à le croire.
J'ai du mal à croire que si tu dis aux mahorais : "vous allez devenir un département français, et on va vous soustraire des règles islamiques anti-républicaines", j'ai du mal à croire que ce petit "pays" peuplé à 90 % par des musulmans dirait oui.



Source
Malheureusement, j'ai bien peur que cela passe.
Les politiciens français sont tellement malins qu'ils ont mis le tout dans un seul package, à prendre ou à laisser.

Or, le résidents de Mayotte ne voient que les avantages économiques et sociaux qu'il y a de faire partie de la nation "France". Et pour ça, ils sont capable de laisser à côté toutes les valeurs ancestrales.

De toute façon, pour moi, l'île de la Mayotte a été volée par les français. Cette loi ridicule qu'ils veulent faire passer le montre bien. ça rappelle le temps de la colonisation. Mayotte et le reste des comores ont 100% d'affinités, de liens de parentalité, etc... Mais, toute l'île entière de Mayottes est française.
Que ne fera-t-on pas pour avoir des paradis sur terre pour le ClubMed ?
__________________
Sooninko, Soninkara.com est notre village "virtuel " Soninké où il y fait bon vivre, communiquer, échanger. L'Hospitalité, le respect et la solidarité sont nos valeurs. - Laisse parler les gens ... On s'en fout! - Les Chiens aboient .... la caravane passe toujours !

http://www.waounde.com

Fodyé Cissé est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/03/2009, 12h57   #6 (permalink)
billl
Senior Member
 
Avatar de billl
 
Date d'inscription: mars 2009
Messages: 429
Par défaut

Salam,

tu as tout dis frère. Triste réalité, si seulement ils savaient ce que leur réserve la France...
__________________
Bienheureux est celui qui meurt et meurent avec lui ses péchés.
Malheureux est celui qui meurt et que des péchés continuent de lui être inscrit à son compte.
billl est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are oui


Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Face à la polygamie djedji Unions, Mariages, Moeurs, ... 394 01/07/2013 10h01
La polygamie en France. Diouma Unions, Mariages, Moeurs, ... 93 01/10/2010 19h39
conseil polygamie ourthi fillah Unions, Mariages, Moeurs, ... 5 17/08/2008 12h10
Polygamie et fidélité rohkiya Unions, Mariages, Moeurs, ... 64 02/02/2008 16h34


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 05h12.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.0.0
Integrated by BBpixel Team 2014 :: jvbPlugin R1013.368.1
Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Soninkara.com © Tous Droits Réservés!

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86