Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)  
Accueil Portail Soninkara Accueil Portail Soninkara - Histoire Soninké Histoire Soninké - Apprendre le Soninké Apprendre le Soninké - Actualités Actualités Soninké - Emission en Soninké Emissions en Soninké - Centre Multimédia Centre Multimédia Soninkara - Album Photos Soninkara Album Photos Soninkara - Soninkara - RSS Feed - Forums Soninkara.com - RSS Feed - Forums Soninkara - RSS Feed

Ecoutez la radio Soninkara.com 24h/24 7j/7 - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)


Précédent   Forums Soninkara.com > Discussions Générales > Politique
*** Top 100 *** S'inscrire FAQ Membres Calendrier Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

Politique Tous les sujets sur la Politique

Annonce Soninkara
Sujet du mois: Sonink'ART 2012 : donnez vos impressions

**************************


Réponse
 
LinkBack Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 31/01/2012, 10h51   #1 (permalink)
steve biko
Member
 
Avatar de steve biko
 
Date d'inscription: décembre 2010
Messages: 81
Par défaut Union Africaine : le match entre Jean Ping et Nkosazana Dlamini Zuma se termine sans

Aucun des deux prétendants à la présidence de la commission de l'Union Africaine n'ayant réussi à s'imposer ce week-end, d'autres candidatures devront être soumises dans quelques mois

Une situation de blocage inédite : ni Jean Ping ni Nkosazana Dlamini-Zuma ne prendra la tête de la commission de l'Union Africaine


Nkosazana Dlamini Zuma briguait la présidence de la commission de l'Union Africaine face à Jean Ping




C'était l'un des enjeux du sommet de l'Union Africaine ce week-end à Addis Abeba : l'élection du président de la commission de l'Union Africaine. Jean Ping était candidat à sa propre succession, mais devait faire face à une concurrente de poids en la personne de Nkosazana Dlamini Zuma, ancienne ministre des affaires étrangères sud-africaine (et actuelle ministre de l'intérieur), qui était candidate au poste. Le camp sud-africain affichait une confiance qui avait surpris les observateurs.

Lors du premier tour de scrutin, Jean Ping a obtenu 28 voix et Nkosazana Dlamini-Zuma 25. Lors du second, Jean Ping n'avait plus qu'une voix d'avance : 27 voix contre 26. Lors du troisième tour, Jean Ping obtenait 29 voix contre 24. Conformément au règlement, Nkosazana Dlamini-Zuma se retirait pour laisser Jean Ping seul en piste. Mais surprise, le diplomate gabonais ne parvenait pas à obtenir les deux tiers des voix requises puisqu'il n'en obtenait que 32 au quatrième tour, insuffisant pour être réélu!

"Aucun des deux candidats ne s'est imposé, les prochaines élections auront lieu en juin " a déclaré le président zambien Michael Sata. Le président togolais Faure Gnassingbé a aussi confirmé qu'aucun des deux candidats ne s'était imposé. C'est le kenyan Erastus Mwencha, vice président de la commission de l'Union Africaine, qui assurera la présidence jusqu'au mois de juin prochain.


L'offensive diplomatique de l'Afrique du Sud


Face à la concurrence de Nkosazana Dlamini Zuma, Jean Ping n'a pas réussi à se faire réélire
© ap



En coulisses, il se disait que Jean Ping avait le soutien de Paris et de Washington, ce que l'ambassade des Etats-Unis en Afrique du Sud, interrogée par le Mail & Guardian sud-africain, a démenti ce week-end : "les Etats-Unis considèrent que la sélection du président de la commission de l'Union Africaine dépend entièrement des pays africains. Contrairement aux spéculations, les Etats-Unis n'ont pas de candidat préféré, et ont maintenu en permanence leur neutralité vis à vis des possibles candidats au poste". Une déclaration qu'il ne faut pas forcément prendre au pied de la lettre.

L'Afrique du Sud avait mené une intense activité diplomatique ces derniers mois pour promouvoir la candidature de Nkosazana Dlamini-Zuma et déloger Jean Ping. Selon des sources proches du ministère des affaires étrangères sud-africaines qui ont parlé au Mail & Guardian, l'Afrique du Sud entendait utiliser de la même stratégie que celle qui a vu la demande de Mouammar Kadhafi d'une création des Etats-Unis d'Afrique rejetée lors du sommet qui s'était tenu au Ghana en 2007. Avant ce sommet, Kadhafi s'était attirée les bonnes grâces de plusieurs pays en payant leurs arriérés vis à vis de l'Union Africaine.

"A l'époque, nous avions dit aux chefs d'Etat dont les pays dépendaient de Kadhafi : Soyez d'accord avec lui en apparence, mais ne votez pas pour lui lors du vote secret. Nous faisons la même chose avec les pays francophones qui dépendent de la France pour leur survie en leur disant : Dites que vous êtes d'accord pour voter pour Ping, mais une fois que vous avez votre bulletin de vote, votez en faveur de Dlamini-Zuma." Si le lobbying sud-africain n'a pas suffi à faire élire Dlamini-Zuma, il a clairement réussi à évincer Jean Ping de la présidence de la commission de l'Union Africaine.


La présidence de la commission de l'Union Africaine suscite de nouveau l'intérêt


Jacob Zuma et l'ambassadeur angolais Arcanjo Nascimento portent un toast avec Nkosazana Dlamini-Zuma à Addis Ababa samedi
© Gcis/Elmond Jiyane



Lorsque la non-élection de Jean Ping au quatrième tour a été annoncée, la délégation sud-africaine a commencé à danser et à chanter. Dimanche (29/01/12), Paul-Simon Handy, directeur des études à l'Institut d'études de sécurité (ISS) de Pretoria interrogé par Xinhua, affirmait qu'aucun des deux candidats ne serait élu au premier tour parceque l'Afrique du Sud avait réussi à obtenir un soutien s'étendant au delà de l'Afrique australe, sa traditionnelle zone d'influence.

Plusieurs pays d'Afrique de l'est, voire même des pays d'Afrique de l'ouest francophone, avaient promis de donner leur vote à Nkosazana Dlamini Zuma. Paul Simon-Handy décryptait aussi l'intérêt qui était désormais porté à la présidence de la commission de l'Union Africaine : "Dans tous les cas, ce que la rivalité autour de la Commission nous révèle, c'est que les pays africains ont réalisé l'importance de l'Union africaine, de contrôler une organisation panafricaine qui peut leur donner une voix dans le concert plus global des nations. D'ailleurs, on soupçonne l'Afrique du Sud de vouloir contrôler la Commission de l'Union africaine pour mieux faire entendre sa voix dans les discussions relatives au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies. Dans tous les cas, l'Union africaine regagne en intérêt, elle devient finalement le lieu véritable de la politique continentale (...) c'est plutôt une bonne nouvelle."

Pour rappel, la commission de l'Union Africaine comprend dix membres (y compris son président). Elle applique les politiques définies par les chefs d'Etat de l'Union Africaine, coordonne les activités et les réunions. Le président de la commission donne souvent le ton pour l'Union Africaine, et exerce une très grande influence diplomatique officielle et en coulisses, ainsi qu'en témoigne les sollicitations dont Jean Ping était l'objet lors des crises libyennes et des ivoiriennes.
steve biko est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/02/2012, 17h30   #2 (permalink)
steve biko
Member
 
Avatar de steve biko
 
Date d'inscription: décembre 2010
Messages: 81
Par défaut

Citation:
Posté par steve biko Voir le message
Aucun des deux prétendants à la présidence de la commission de l'Union Africaine n'ayant réussi à s'imposer ce week-end, d'autres candidatures devront être soumises dans quelques mois

Une situation de blocage inédite : ni Jean Ping ni Nkosazana Dlamini-Zuma ne prendra la tête de la commission de l'Union Africaine


Nkosazana Dlamini Zuma briguait la présidence de la commission de l'Union Africaine face à Jean Ping




C'était l'un des enjeux du sommet de l'Union Africaine ce week-end à Addis Abeba : l'élection du président de la commission de l'Union Africaine. Jean Ping était candidat à sa propre succession, mais devait faire face à une concurrente de poids en la personne de Nkosazana Dlamini Zuma, ancienne ministre des affaires étrangères sud-africaine (et actuelle ministre de l'intérieur), qui était candidate au poste. Le camp sud-africain affichait une confiance qui avait surpris les observateurs.

Lors du premier tour de scrutin, Jean Ping a obtenu 28 voix et Nkosazana Dlamini-Zuma 25. Lors du second, Jean Ping n'avait plus qu'une voix d'avance : 27 voix contre 26. Lors du troisième tour, Jean Ping obtenait 29 voix contre 24. Conformément au règlement, Nkosazana Dlamini-Zuma se retirait pour laisser Jean Ping seul en piste. Mais surprise, le diplomate gabonais ne parvenait pas à obtenir les deux tiers des voix requises puisqu'il n'en obtenait que 32 au quatrième tour, insuffisant pour être réélu!

"Aucun des deux candidats ne s'est imposé, les prochaines élections auront lieu en juin " a déclaré le président zambien Michael Sata. Le président togolais Faure Gnassingbé a aussi confirmé qu'aucun des deux candidats ne s'était imposé. C'est le kenyan Erastus Mwencha, vice président de la commission de l'Union Africaine, qui assurera la présidence jusqu'au mois de juin prochain.


L'offensive diplomatique de l'Afrique du Sud


Face à la concurrence de Nkosazana Dlamini Zuma, Jean Ping n'a pas réussi à se faire réélire
© ap



En coulisses, il se disait que Jean Ping avait le soutien de Paris et de Washington, ce que l'ambassade des Etats-Unis en Afrique du Sud, interrogée par le Mail & Guardian sud-africain, a démenti ce week-end : "les Etats-Unis considèrent que la sélection du président de la commission de l'Union Africaine dépend entièrement des pays africains. Contrairement aux spéculations, les Etats-Unis n'ont pas de candidat préféré, et ont maintenu en permanence leur neutralité vis à vis des possibles candidats au poste". Une déclaration qu'il ne faut pas forcément prendre au pied de la lettre.

L'Afrique du Sud avait mené une intense activité diplomatique ces derniers mois pour promouvoir la candidature de Nkosazana Dlamini-Zuma et déloger Jean Ping. Selon des sources proches du ministère des affaires étrangères sud-africaines qui ont parlé au Mail & Guardian, l'Afrique du Sud entendait utiliser de la même stratégie que celle qui a vu la demande de Mouammar Kadhafi d'une création des Etats-Unis d'Afrique rejetée lors du sommet qui s'était tenu au Ghana en 2007. Avant ce sommet, Kadhafi s'était attirée les bonnes grâces de plusieurs pays en payant leurs arriérés vis à vis de l'Union Africaine.

"A l'époque, nous avions dit aux chefs d'Etat dont les pays dépendaient de Kadhafi : Soyez d'accord avec lui en apparence, mais ne votez pas pour lui lors du vote secret. Nous faisons la même chose avec les pays francophones qui dépendent de la France pour leur survie en leur disant : Dites que vous êtes d'accord pour voter pour Ping, mais une fois que vous avez votre bulletin de vote, votez en faveur de Dlamini-Zuma." Si le lobbying sud-africain n'a pas suffi à faire élire Dlamini-Zuma, il a clairement réussi à évincer Jean Ping de la présidence de la commission de l'Union Africaine.


La présidence de la commission de l'Union Africaine suscite de nouveau l'intérêt


Jacob Zuma et l'ambassadeur angolais Arcanjo Nascimento portent un toast avec Nkosazana Dlamini-Zuma à Addis Ababa samedi
© Gcis/Elmond Jiyane



Lorsque la non-élection de Jean Ping au quatrième tour a été annoncée, la délégation sud-africaine a commencé à danser et à chanter. Dimanche (29/01/12), Paul-Simon Handy, directeur des études à l'Institut d'études de sécurité (ISS) de Pretoria interrogé par Xinhua, affirmait qu'aucun des deux candidats ne serait élu au premier tour parceque l'Afrique du Sud avait réussi à obtenir un soutien s'étendant au delà de l'Afrique australe, sa traditionnelle zone d'influence.

Plusieurs pays d'Afrique de l'est, voire même des pays d'Afrique de l'ouest francophone, avaient promis de donner leur vote à Nkosazana Dlamini Zuma. Paul Simon-Handy décryptait aussi l'intérêt qui était désormais porté à la présidence de la commission de l'Union Africaine : "Dans tous les cas, ce que la rivalité autour de la Commission nous révèle, c'est que les pays africains ont réalisé l'importance de l'Union africaine, de contrôler une organisation panafricaine qui peut leur donner une voix dans le concert plus global des nations. D'ailleurs, on soupçonne l'Afrique du Sud de vouloir contrôler la Commission de l'Union africaine pour mieux faire entendre sa voix dans les discussions relatives au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies. Dans tous les cas, l'Union africaine regagne en intérêt, elle devient finalement le lieu véritable de la politique continentale (...) c'est plutôt une bonne nouvelle."

Pour rappel, la commission de l'Union Africaine comprend dix membres (y compris son président). Elle applique les politiques définies par les chefs d'Etat de l'Union Africaine, coordonne les activités et les réunions. Le président de la commission donne souvent le ton pour l'Union Africaine, et exerce une très grande influence diplomatique officielle et en coulisses, ainsi qu'en témoigne les sollicitations dont Jean Ping était l'objet lors des crises libyennes et des ivoiriennes.

En Afrique du Sud, on ne veut plus ''d’une Union Africaine dirigée par Paris''
31/01/2012

Nkosazana Dlamini Zuma pourrait de nouveau déposer sa candidature à la présidence de la commission de l’Union Africaine

Nkosazana Dlamini Zuma se présentera de nouveau à la présidence de la commission de l’Union Africaine lors du prochain sommet prévu en juin au Malawi selon la ministre sud-africaine des relations extérieures Maite Nkoana-Mashabane.

Jean Ping n’est plus rééligible, suite à son échec lors de l’élection qui a eu lieu ce week-end, ce qui donne une nouvelle opportunité à Nkosazana Dlamini-Zuma : "Le message qui est très clair, si vous regardez le règlement, c’est que le président sortant doit laisser la place et l’intérim doit être assuré par le vice-président (1). Donc rien ne nous empêche de représenter le même candidat parcequ’elle (Nkosazana Dlamini Zuma NDLR) a montré qu'elle était une formidable candidate que le président sortant n’a pu battre" a déclaré Maite Nkoana-Mashabane.

L’Afrique du Sud soutiendra de nouveau la candidature de Dlamini-Zuma si elle se représente et fera du lobbying en conséquence. Pour Clayton Monyela, porte-parole du ministère des relations extérieures sud-africain, le grand nombre de pays africains qui ont voté en faveur de Dlamini-Zuma lors des trois premiers tours de l’élection montre qu’elle a une très bonne chance d’être élue en juin.

De notre point de vue, c’est une victoire pour la SADC (communauté des pays d’Afrique australe NDLR) en général et pour l’Afrique du Sud en particulier parceque nous avons une autre opportunité de briguer le poste lors du prochain sommet de l’Union Africaine en juin" a-t-il précisé au Mail and Guardian.

Avant les élections, les soutiens de Dlamini Zuma craignaient que les pays francophones ne soient influencés par la France et votent en faveur de Jean Ping, au détriment de l’Afrique du Sud.

Un diplomate sud-africain ayant participé au sommet de l’Union Africaine ce week-end à Addis Abeba voit la non-réélection de Jean Ping ainsi : "ça a été un vote de défiance à l’égard du leadership de Jean Ping. Les pays africains étaient mécontents de voir l’Union Africaine dirigée depuis Paris. Le résultat nous donne l’opportunité d’élire quelqu’un venant d’un pays qui n’est pas entravé par le néo-colonialisme".


Jean Ping assurera finalement l'intérim jusqu'à la prochaine élection en juin prochaine
steve biko est déconnecté   Réponse avec citation
Liens Sponsorisés

Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are oui


Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
L’Union africaine menace de se retirer de la CPI Ibrahim Soukouna Politique 4 13/10/2013 21h21
Jean-Luc DELARUE interpellé. dab Actualités, Coupures de Presse 3 16/09/2010 17h11
Mariage de Jean Sarkozy rokia Actualités, Coupures de Presse 7 16/09/2008 14h02
Jean Marie LE PEN a ouvert la voie à sa succession Habibatou Actualités, Coupures de Presse 0 11/09/2008 09h54
Foot: Match amical entre l'équipe de Soninkara.com et celle de Waoundé le 29/03/2008 Fodyé Cissé Sport 247 04/04/2008 12h46


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 06h21.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.0.0
Integrated by BBpixel Team 2014 :: jvbPlugin R1013.368.1
Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Soninkara.com © Tous Droits Réservés!

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86