L'année 1755 au Galam et à l'île Bourbon

22-12-2006
Jean-Baptiste Lislet Geoffroy, fils d'une esclave Soninké afranchie

Jean-Baptiste Lislet Geoffroy, scientifique français né le 23 août 1755 à Saint-Pierre de la Réunion et mort le 8 février 1836 à Port-Louis (aujourd'hui capitale de Maurice) serait le fils d'une esclave Soninké affranchie :  (Un article qui date quand même de plus d'un an Mort de rire )

NIAMA, la princesse soninké devenue esclave à Bourbon

Le titre du dernier livre d’Azalées Editions "L’année 1755 au Galam et à l’île Bourbon" n’est pas très parlant, et pourtant il dit tout. Son sous-titre, “L’odyssée de Niama, des portes de l’or aux plantations de café”, est plus évocateur. Qui est Niama ? Issue de la famille royale des Bacili, asservie après le massacre de ses siens, la princesse Niama échappe au circuit du triangle d’or et débarque esclave à Bourbon. C’est l’un des liens entre le pays Galam et l’île Bourbon, 2 terres de colonisation qui se situaient à la croisée de la traite négrière dans l’océan Indien. Galam, “Pays de l’or” pour les colons portugais, Gajaaga, “Pays de la guerre” pour les Soninkés. L’esclavage et la traite sont les plaies historiques du pays. Au Galam, un État agonise. A la même époque, à l’île Bourbon, c’est la naissance d’une ville, Saint-Pierre, qui, en novembre 2005, gravera le nom de cette princesse au destin marqué par la douleur mais avant tout part la force et l’abnégation d’une femme de courage, d’une mère d’exception, comme beaucoup de celles exilées de leur terre, coupées de leur racine et de leur religion. Le 23 août 1755, Niama, rebaptisée par la loi coloniale Marie-Geneviève, est affranchie le jour du baptême de son fils, fruit d’une union illicite entre une esclavage et son maître, Jean Lislet-Geoffroy, ingénieur bourguignon.

Du Sénégal à Bourbon : l’histoire de la traite dans l’océan Indien

Si le nom de Jean-Baptise Lislet Geoffroy nous est familier, en revanche, celui de sa mère, la princesse soninké Niama, tirée de sa terre Sénégal pour être asservie à Bourbon, puis affranchie à la naissance de son illustre fils, est moins connu.
Dans "L’année 1755 au Galam et à l’île Bourbon", le professeur d’histoire Frédéric Morcadel nous restitue cette part de notre histoire oubliée, commune au Sénégal, à travers la colonisation dans les 2 pays qui a conduit au rapprochement de 2 destins que le Code Noir bannissait.

Un livre comme un devoir de mémoire, riche de références historiques, comme un appel à la fraternité entre 2 peuples unis par l’Histoire. Un livre auquel tient beaucoup son éditeur, très attaché à l’odyssée de Niama, qu’il souhaiterait proposer en film. Espérons pour la mémoire collective qu’il sera soutenu en ce sens.

Le livre "L’année 1755 au Galam et à l’île Bourbon" de Frédéric Mocadel, publié par  Azalées Editions  coûte 14 euros

Voir : http://www.temoignages.re/article.php3?id_article=19390
Voir aussi : http://www.clicanoo.com/article.php3?id_article=110840


Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

  Soyez le premier à commenter cet article
Flux RSS des commentaires

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.

Powered by AkoComment Tweaked Special Edition v.1.4.6
AkoComment © Copyright 2004 by Arthur Konze - www.mamboportal.com
All right reserved