plg_search_jfcore
Recherche - Téléchargements
Recherche - Blog, cuisine, annuaire...
Recherche - Forum
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Liens web
Recherche - Evènements
Recherche - Tags Avancées
  • Sooninke
  • English
Mardi, 12 Decembre 2017 11:18:07

Rejoignez nous sur 1400684181 facebook square1400684195 twitter square1400684205 google square1400684219 youtube square color

2.8/5 Note (6 votes)

Le haricot à oeil noir, « culture parfaite » pour l'afrique

Le haricot à oeil noir, « culture parfaite » pour l'afrique

Instructions

« Il est difficile d’imaginer une culture plus parfaite, en particulier pour l’Afrique », assure l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA), basé au Nigeria, qui coorganise la rencontre avec l’université américaine de Purdue et l’ISRA.

Elle a « des rendements élevés, même dans des conditions chaudes et sèches » et « ses racines fournissent de l’azote aux sols épuisés », ajoute l’IITA, dans un communiqué.

A Dakar, dans sa « Maison du consommer sénégalais », Aïssatou Diagne Deme transforme depuis longtemps le niébé, en même temps que les céréales locales ou le fruit du baobab. « Nous produisons de la poudre de niébé qui est consommée localement à 100% », explique-t-elle, en faisant visiter un atelier de sa PME qui emploie 52 personnes. Cette poudre entrera dans la composition de gâteaux, beignets, gratins, bouillies pour bébé, etc.

Par ailleurs, à Dakar, des petits pains « 85% blé-15% niébé » seront bientôt « testés » auprès des élèves d’une école.

« Une baisse des performances scolaires a été constatée, qui serait due à la sous-alimentation des élèves », explique le directeur général de l’Institut de technologie alimentaire (ITA) du Sénégal, Ababacar Ndoye. Alors « nous avons pensé associer au lait (déjà distribué) un pain à base de farine de blé, de niébé et d’arachide, à forte valeur énergétique ».

Actuellement, le haricot à oeil noir est cultivé sur 10 millions d’hectares, principalement en Afrique centrale et occidentale, mais aussi en Inde ou encore en Amérique du Nord, selon l’ITA.

Mais « l’une des raisons pour laquelle il n’est pas aussi largement cultivé que le maïs ou le riz est que le stockage de pois secs est compliqué par un coléoptère minuscule (. . . ) qui se reproduit dans les sacs et le rend immangeable », soulignent les organisateurs de la conférence, en annonçant que des chercheurs américains promeuvent « un sac en plastique » très spécial pour remédier à ce problème.

Les chercheurs réunis à Saly (80 km au sud de Dakar) débattront aussi de l’avenir du « niébé transgénique », annoncent-ils.

 

Source : Jeuneafrique.com

Share this recipe

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire
Powered by Joomla Freelance