Soninkara, le Portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)
 Accueil Soninkara.com
29-07-2014
Accueil arrow Religion
Histoire
Histoire
Géographie
Légendes
Société
Organisation Sociale
Mariage
Circoncision
Religion
Environnement
Migrations
Cuisines et Recettes
Thèses et Mémoires
Langue
Apprendre le Soninké
Emissions en Soninké
Ecoles de Soninké
Articles en Soninké
D.P.L.N.
Glossaire de Mots
La Voix de l A.P.S.
Olaadani avec Demba Cissé
Culture
Musique et Danse
Musiciens Soninké
Contes et Poèmes
Sonink-ART
APS
Festival International Soninké
Artisanat
Teintures
Sculpture
Outils Traditionnels
Informations
Actualités
Littérature
Bibliographie
Associations
Hommage
Evénements
Sport
Soninkara Xibaaru
Revue de presse Jiida FM Dakar
Contact
Nous Contacter
Livre d'Or
Radios Soninké
Radios Soninké
Radio Jiida FM Dakar
Radio APS sur RFPP
Autres
Forum
CHAT
Téléchargements
Galeries d'Images
Liens
Proposer un lien
Ancien Forum
Ancien CHAT
Proposer un Article
Pétitions
Plan du Site
Plan du Site Actualités
TV / Radios
Centre Multimédia
Radio Jiida FM Dakar
Vidéo-Chat
Religion

La théologie de la libération du cheikh Hamahoullah

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
26-06-2008

La théologie de la libération du cheikh HamahoullahLes théologies islamiques de la libération (4)

Durant la longue nuit coloniale, l’Islam subsaharien, notamment en Afrique de l’Ouest, a connu l’éclosion de courants théologico-mystiques qui ont eu comme particularité d’unir quête spirituelle et engagement politique anti-colonialiste. En effet, la théologie de la libération en contexte musulman a connu plusieurs expressions historiques. L’opposition artificielle introduite par certains interprètes entre théologie rationnelle ou dogmatique et expérience mystique n’est pas toujours historiquement pertinente comme l’illustre l’histoire contemporaine de l’Islam subsaharien.

A un moment où certains pouvoirs en place, aussi bien au nord qu’au sud de la Méditerranée, cherchent à instrumentaliser les confréries soufies dans leur stratégie de contrôle social et politique en vue de contre-carrer ce qui leur paraît comme le danger du moment, à savoir le « fondamentalisme » radical, il est important de se pencher sur l’expérience d’un grand soufi africain qui a su allier foi et résistance anti-coloniale. Il s’agit du cheikh Hamahoullah qui a marqué de nombreuses générations dans sept pays différents : Mauritanie, Mali, Niger, Sénégal, Cote d’Ivoire. Guinée, Burkina-Faso, et auquel l’historien africain, Alioune Traoré, a consacré une thèse remarquable (1).

Commentaires (1) | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ La théologie de la libération du cheikh Hamahoullah ]
 

Aperçu sur la miséricorde communautaire en islam

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
26-06-2008

Aperçu  sur la miséricorde communautaire en islam

La dimension communautaire en islam occupe une place on ne peut plus capitale dans les pratiques  cultuelles et  les relations sociales. Des cinq prières quotidiennes chez soi ou à la mosquée avec les fidèles, hommes et femmes confondus, derrière un imam, au pèlerinage annuel à la Mecque  pour celles / ceux qui ont le moyen financier, en passant par le jeûne au mois sacré du ramadan, l'acquittement de la Zakât (impôt social purificateur) et les dépenses personnelles (aumônes), tout dans la religion musulmane se fait en groupe. Les musulmanes et les musulmans sont frères comme le rappelle  le verset  coranique : « les croyants sont frères » (Coran, 49 : 10).

Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Aperçu sur la miséricorde communautaire en islam ]
 

Aperçu sur le rôle des Messagers d’Allah

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
23-06-2008
Aperçu sur le rôle des Messagers d’Allah

Allah a crée les cieux et la terre pour un objectif bien déterminé.  Dès le départ, au moment où Adam et son épouse, paix sur eux, furent chassé du paradis pour avoir mangé (gouté) de « l’arbre interdit »,  le contact  n’a jamais été coupé ou suspendu entre le ciel et la terre, Allah et les hommes.

Historiquement, ce contact fut assuré par les Messagers chargés de transmettre d’une manière on peut plus claire les recommandations  de Celui qui est à l’origine de tout ce qui existe dans les cieux et la terre  aux habitants de la terre, hommes et djinns confondus. Ce contact, après l’arrêt de la Révélation, fut maintenu par les Livres révélés : le Coran, pour les musulmans, la Bible, pour les chrétiens et la Tora pour les juifs. Dans le Coran, nous relevons ce verset – programme révélé à Adam annonçant ce qu’allait être le destin, en matière de souvenir, d’obéissance aux obligations du Seigneur, des hommes  sur la terre : « Nous dîmes : descendez d’ici, vous tous ! Toutes les fois que Je vous enverrez un guide, ceux qui le suivront n’auront rien à craindre et ne seront pas affligé. Et ceux qui ne croient pas [à nos Messagers] et traitent de mensonge Nos révélations, ceux – là sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement.  » (Coran, 2 : 38 - 39).

Commentaires (2) | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Aperçu sur le rôle des Messagers d’Allah ]
 

Aperçu sur la philosophie de la patience en islam

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
21-06-2008

Aperçu sur la philosophie de la patience en islamL'Homme, sa vie durant, est tiraillé entre des épreuves de nature différente allant de la perte d’un être cher  aux difficultés de la vie, des questions existentielles aux interrogations sur la création des univers, de l'aondance des richesses matérielles à la privation. Dans son ouvrage qui s’intitule La Notion de la patience dans le Coran, le penseur Yûsuf Al-Qardâwî constate à ce propos : « il y a de la patience à l’égard des épreuves de la vie terrestre et des drames. Nul n’échappe à cela : ni l’être pur ni l’impur, ni le croyant ni le mécréant, ni le maître ni l’esclave, car ceci est lié à la nature de la vie elle-même et à celle de l’homme. On ne connaît personne qui ait été épargnée par les douleurs morales, les maladies du corps, la perte d’êtres chers, la diminution de biens, le mal fait par autrui, la dureté de la vie ou les mauvaises surprises du destin.  » Et c’est effectivement dans ce sens qu’Allah a dit dans le Coran : « certes Nous vous éprouverons par quelque terreur, par la faim, par une diminution de vos biens, dans vos personnes, dans vos récoltes. Annonce [Muhammad (SAW)] la bonne nouvelle à ceux qui patientent, à ceux qui, lors qu’un malheur les frappe disent : nous sommes à Allah et c’est à Lui que nous retournerons… » (Coran, 2 : 155 – 157).

Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Aperçu sur la philosophie de la patience en islam ]
 

L’islam entre foi et action

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
14-06-2008
L’islam entre foi et action

La condition principale, depuis le VII siècle,  pour entrer dans la religion musulmane est l’attestation de la foi : j’atteste qu’il n’y pas de divinité digne d’être adorée si ce n’est Allah, et que Muhammad (SAW) est Son prophète et messager.

Cette profession de la foi islamique est de fait  un engagement, pris en toute conscience et sans aucune forme de contrainte « nulle  contrainte en Religion… » (Coran, 2 : 256),  de l’Homme devant le Créateur de l’univers à accepter de répondre à l’appel naturel (fitra) du monothéisme. L’Homme, en effet, n’est pas qu’un être constitué d’un ensemble d’organes « dans un corps fait de chair et d’os ». Ce qui fait la vérité de l’Homme, ce qui, en termes on ne peut plus clairs,  lui donne toute sa raison d’être, donne un sens à son existence, c’est bien le lien qui le lie à Son créateur : Allah. Ce lien est symbolisé par une parole : l’attestation de la foi. Cette attestation –reconnaissance de la Divinité d’Allah place l’Homme devant ses responsabilités. Dès le départ, avant même la création des univers, il a témoigné de cette reconnaissance : « et quand Nous prîmes des reins d’Adam sa descendance et Nous la fîmes témoigner : Ne suis – je pas votre Seigneur ? Ils répondirent : certes oui nous en témoignons. Et ce afin que vous ne disiez pas au Jour du Jugement dernier : nous ne savions pas » (Coran, 7 : 172).  Mais attester qu’il n’y a point d’autre divinité en dehors d’Allah est-il suffisant pour être un croyant modèle ? Sans doute non.

Commentaires (1) | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ L’islam entre foi et action ]
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 Suivante > Fin >>

Résultats 46 - 54 sur 61

Articles les plus Récents
Articles les plus Lus
Radio Soninkara
Ecoutez en live la Web Radio Soninkara.com 24h sur 24, 7 jours sur 7
Connexion
Login

Mot de Passe



Mot de passeoublié?
Pas encore de compte? Enregistrez-vous
Membres
12225 membres
0 Aujourd'hui
1 Cette semaine
17 Ce mois
Dernier: Couly
En Ligne

Invité(s): ( 1 )

Il y a, au total, 1 utilisateurs connecté(s) actuellement.

Pub
Accueil
- (C) 2000 - 2007 2014 Soninkara.com - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie) -
Conditions d'Utilisation - Signaler un contenu abusif - Nous contacter - Déclaration à la CNIL n°: 818358 -
Accueil
 
Plan du site et du Forum Soninkara: XML - HTML - 1 - 2- 3- 4- 5- 6 - Archives du Forum - TXT -  XML - Ancien Forum