Soninkara, le Portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)
 Accueil Soninkara.com
19-04-2014
Accueil arrow Histoire
Histoire
Histoire
Géographie
Légendes
Société
Organisation Sociale
Mariage
Circoncision
Religion
Environnement
Migrations
Cuisines et Recettes
Thèses et Mémoires
Langue
Apprendre le Soninké
Emissions en Soninké
Ecoles de Soninké
Articles en Soninké
D.P.L.N.
Glossaire de Mots
La Voix de l A.P.S.
Olaadani avec Demba Cissé
Culture
Musique et Danse
Musiciens Soninké
Contes et Poèmes
Sonink-ART
APS
Festival International Soninké
Artisanat
Teintures
Sculpture
Outils Traditionnels
Informations
Actualités
Littérature
Bibliographie
Associations
Hommage
Evénements
Sport
Soninkara Xibaaru
Revue de presse Jiida FM Dakar
Contact
Nous Contacter
Livre d'Or
Radios Soninké
Radios Soninké
Radio Jiida FM Dakar
Radio APS sur RFPP
Autres
Forum
CHAT
Téléchargements
Galeries d'Images
Liens
Proposer un lien
Ancien Forum
Ancien CHAT
Proposer un Article
Pétitions
Plan du Site
Plan du Site Actualités
TV / Radios
Centre Multimédia
Radio Jiida FM Dakar
Vidéo-Chat

Thé-debat le samedi 7 juillet 2012-Thème: "Mamadou Lamine Dramé et les résistances populaires"

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
17-06-2012
Thé-debat le vendredi 13 juillet 2012 sur le thème : Mamadou Lamine Dramé et les resistances populaires dans le haut-senegal (1885-1887) par  yaya sy, anthropologue Thé-debat le samedi 7 juillet 2012 sur le thème : Mamadou Lamine Dramé et les resistances populaires dans le haut-senegal (1885-1887)
par  yaya sy, anthropologue
 
DATE : 07 JUILLET 2012 DE 15 H A 19 H
ADRESSE: "8 rue de la boulangerie 93200 Saint-Denis."
Métro (Ligne 13) :  Basilique Saint-Denis

« L'heure de nous-mêmes a sonné » aimait à dire Aimé Césaire.

En effet, il est temps de prendre nos responsabilités collectives et individuelles  et l’initiative historique qui en découle pour faire face aux défis de la construction de notre maison Afrique.

Il est temps de réfléchir par nous-mêmes à  notre histoire, nos cultures, nos langues. Ne laissons plus aux autres le monopole de parler de nous à notre place. Décidons sans complexe de façonner enfin par nous-mêmes de nouvelles relations à l’autre et au monde.

C’est pourquoi en refusant la colonisation en parfaite cohérence avec les aspirations populaires, Mamadou Lamine Darame voulait instaurer des principes de respect et de dignité dans les relations entre les hommes et les peuples. Au même moment, le Congrès de Berlin venait d’autoriser le dépeçage de l’Afrique tout en autorisant d’y étouffer la voix des « peuples barbares et inférieurs » en voie d’embastillement avancé par les armées coloniales. La colonisation en écrasant les résistances populaires a consacré la hiérarchisation de l’humanité déjà largement entamé par des siècles d’esclavage.

Aujourd’hui les anciennes puissances coloniales et les ex-pays colonisés d’Afrique doivent regarder ce passé en face et lutter ensemble pour une meilleure connaissance de cette histoire douloureuse. Le changement des mentalités et la vraie réconciliation entre la France en particulier et ses ex-colonies est à ce prix.

Venez nombreux  débattre avec le Professeur Yaya SY de l’histoire de Mamadou Lamine Darame, de celle de sa famille, du village historique de Gunjuru et des peuples du Haut-Sénégal en lutte contre la domination coloniale et la toute puissance d’Ahmadou Cheikhou.

Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Thé-debat le samedi 7 juillet 2012-Thème: "Mamadou Lamine Dramé et les résistances populaires" ]
 

Projet Soninkara: l'Afrique dans le 21ème siècle: Soninkara (l'énergie des liens fondamentaux)

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
29-04-2012
Projet Soninkara: l'Afrique dans le 21ème siècle: Soninkara (l'énergie des liens fondamentaux)Le projet soninkara constitue une recherche sur la gouvernance comme outil intégrateur total. La démarche du projet s’est inscrite dans une volonté de retour sur le passé historique de l’ouest africain pour retrouver le fil rouge qui nous relie à notre patrimoine culturel afin de repenser a la source d’un model social, politique, culturel  et économique d’un peuple soudé par des valeurs communautaires mais pour qui la réussite est également primordiale.

D’une façon générale la motivation de ce projet fait suite à une réflexion de plusieurs années sur les rapports des sociétés africaines avec du développement.

Au cœur de cette réflexion la recherche des mécanismes internes du développement.

Il a fallu un long détour pour retrouver le concret lui-même. C’est celui de la recherche des sources orales (langues et cultures) de la critique historique, du savoir pluridisciplinaire.

Il nous a fallu tout une éthique et une rigueur sans faille pour proposer une synthèse vivante que nous avons voulue comme une source d’inspiration pour la construction d’un projet de société a l’orée du 21eme siècle.

La recherche s’est effectuée sur trois domaines :

   1. Le référentiel historique
   2. Le domaine de la production du savoir
   3. Le contexte de l’immigration et de la création culturelle


Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Projet Soninkara: l'Afrique dans le 21ème siècle: Soninkara (l'énergie des liens fondamentaux) ]
 

Cahier d’Histoire : Au pays de Ségou

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
29-02-2012

Cahier d’Histoire : Au pays de Ségou Malijet. Désormais votre bimensuel vous propose une rubrique d’histoire. En effet, de nombreux lecteurs de Ségou et d’ailleurs ont sollicité cette rubrique qui certainement va contribuer à une meilleure connaissance du passé de notre région et par extension de notre pays. Nous vous proposons l’Histoire de Ségou depuis l’implantation des premières communautés au 13ème siècle jusqu’à la naissance du royaume bambara de Ségou. Un regard sera jeté sur son histoire contemporaine également.

Le peuplement de la région de Ségou est très ancien. Beaucoup de villages de la région  reconnaissent s’y être installés depuis plusieurs siècles.  Les premiers habitants du pays de Ségou semblent avoir été les « maraka » et les « boso ». Venus par vagues successives surtout depuis la dispersion soninké consécutive au déclin de l’empire du Ghana, soninkés  fondèrent dans la région des cités dont les neufs célèbres « marakadougoukonoton » qui sont : Tien- markala, Kirango –markala, Sama- markala, Boussin, Dougouba, Koukoun, Togou, Soké-markala, Tatrima. Certaines de ces cités allaient devenir des centres commerciaux ayant un grand rayonnement.

Aux 12ème et 13ème  siècles les communautés boso et maninka s’implantèrent dans la région en fondant leurs propres agglomérations ou s’implantèrent dans celles existantes. Ces premiers mouvements de peuplement auraient amené dans le pays de Ségou les Traoré, les  Sinayogo, les Tangara… Entre les  12ème et 17ème  siècles sous la pression des malinkés  les bambaras partis de Toron (actuelle république de Côte d’Ivoire)  auraient entrepris un vaste mouvement migratoire qui les aurait conduits par étapes successives dans le pays de Ségou et dans le Bélédougou. Le peuplement bambara s’est surimposé aux peuplements maraka, boso et malinké. Il y’a eu formation de communautés villageoises dans les cités régies par un chef.

Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Cahier d’Histoire : Au pays de Ségou ]
 

Histoire de la fondation du village de Gabou (Sénégal)

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
21-07-2011
Histoire de la fondation du village de Gabou (Sénégal)Soninkes, bambara et halpoular s’y cotoient 268 ans aujoud’hui.

Département de Bakel, Arrondissement de Moudéry, Gabou est depuis 1980 chef lieu des 44 villages qui composent sa Communauté Rurale, dont la population s’élève à 4586 habitants. Sur l’axe Kidira – Bakel, le village de Gabou est situé à 25 kilomètres de cette capitale départementale, Bakel, sur la nationale n°1. Bien qu’il soit difficile de relater avec exactitude l’histoire de Gabou, il nous est tout de même possible de donner quelques bribes d’histoires par filtrage de nos différentes et diverses informations reçues de part et d’autres des sources interrogées dans le village et ailleurs. C’est sur ces recherches que nous nous sommes basées. C’est dans ce sens que cette voie par laquelle nous sommes passés nous a donné un tel résultat. C’est ainsi qu’il faut reconnaître la fiabilité et l’exactitude de nos informations à cette notion d’Histoire de Gabou peut être contestable.

Selon la plupart des témoignages, le premier habitant du village de Gabou serait un Peulh nomade, il est originaire du Fouta (Nord-Ouest de Bakel), précisément d’un petit village appelé, Kobilo. Il partit de son village comme tout bon éleveur ou berger, à la recherche de meilleures conditions de vie pour ses bétails. Après avoir traversé plusieurs localités du Fouta, il arriva en 1743 à Gabou. Ce nom fait l’unanimité, puisque jusque là il a suscité plus de contradiction, synonyme de mise en cause de la première ethnie entre Bambara et  Halpoular .Une question qui n’a toujours pas donné sa réponse exacte ; bien que les avis soient encore partagés suivant les témoins en lice.

Commentaires (1) | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Histoire de la fondation du village de Gabou (Sénégal) ]
 

Concours international sur l'histoire du gadiaga: Prix khaye (tambo) manga bathily

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
10-03-2011

Concours international sur l'histoire du gadiaga: Prix khaye (tambo) manga bathilyL'Association Madi - Kaama Musundo, la Radio Rurale de Kayes et la société Bathily et frères viennent de lancer un concours en langue soninke sur l'histoire du Gadiaga, intitulé: XAAYE MANGA BACCILI DANSA.

Il s'agit de produire un document en langue soninké qui devrait répondre à un certain nombre de questions. Pour plus de détails, télécharger la pièce jointe associée à cet article.

Questions à répondre :
1° - L'on a appris que : "le Gadiaga, c'est de Kéniou à Gandé". Quelle est la véracité d'une telle assertion ?
2° - D'où nous vient l'expression : Gadiaga ?
Comment a t-il été créé ?
Quelles en sont les limites et les villages qui le composent ?
Sur quel  tissu social s'est-il fondé ?
Quel est le mode de transmission du pouvoir ?
Quel  est l'ordre de succession des tounka  au trône ?
3° - Que nous reste t-il de l'héritage des royaumes du Gadiaga ?
4° - Pourquoi dit-on de Kayes : Khayé Kharé ?
5° - Quel  rôle pour la jeunesse?

Soyez le premier à commenter cet article | Recommandez (0) | Citez cet article sur votre site | Suggérer par mail

Lire la suite de [ Concours international sur l'histoire du gadiaga: Prix khaye (tambo) manga bathily ]
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 10 - 18 sur 82

Articles les plus Récents
Articles les plus Lus
Radio Soninkara
Ecoutez en live la Web Radio Soninkara.com 24h sur 24, 7 jours sur 7
Connexion
Login

Mot de Passe



Mot de passeoublié?
Pas encore de compte? Enregistrez-vous
Membres
12145 membres
1 Aujourd'hui
9 Cette semaine
22 Ce mois
Dernier: vendeuryes
En Ligne

Invité(s): ( 1 )

Il y a, au total, 1 utilisateurs connecté(s) actuellement.

Pub
Accueil
- (C) 2000 - 2007 2014 Soninkara.com - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie) -
Conditions d'Utilisation - Signaler un contenu abusif - Nous contacter - Déclaration à la CNIL n°: 818358 -
Accueil
 
Plan du site et du Forum Soninkara: XML - HTML - 1 - 2- 3- 4- 5- 6 - Archives du Forum - TXT -  XML - Ancien Forum