Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)  
Accueil Portail Soninkara Accueil Portail Soninkara - Histoire Soninké Histoire Soninké - Apprendre le Soninké Apprendre le Soninké - Actualités Actualités Soninké - Emission en Soninké Emissions en Soninké - Centre Multimédia Centre Multimédia Soninkara - Album Photos Soninkara Album Photos Soninkara - Soninkara - RSS Feed - Forums Soninkara.com - RSS Feed - Forums Soninkara - RSS Feed

Ecoutez la radio Soninkara.com 24h/24 7j/7 - Le portail du peuple Soninké (Sénégal, Mali, Mauritanie, Gambie)


Précédent   Forums Soninkara.com > Société Soninké > Religion
*** Top 100 *** S'inscrire FAQ Membres Calendrier Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

Religion Tous les sujets sur la religion

Annonce Soninkara
Sujet du mois: Sonink'ART 2012 : donnez vos impressions

**************************


Réponse
 
LinkBack Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 25/06/2008, 18h26   #1 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut Les mères porteuses au regard de l'Islam!

Bonjour!

Une commission sénatoriale française, pour venir en aide aux couples en détresse quant à la procréation, vient de légaliser, sous certaines conditions, le recours aux mères porteuses pour avoir des enfants. C'est pourquoi, je saute sur l'occasion pour que l'on en discute au regard de l'Islam, notre religion. Qu'en dit l'islam autour de cette question épineuse. Je peux revenir sur ce sujet incha Allah.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 25/06/2008, 18h36   #2 (permalink)
ja-net
Administrator
 
Avatar de ja-net
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 1 313
Par défaut

Justement on attend tes éclaircissements
Bon essayons de raisonner je me dis (juste une supposition) que si une mère ne peut pas porter son enfant dans son ventre pour des raisons médicales graves, cela ne doit pas être contraire à la religion dès lors que l'ovule et le ou les spermatozoides appartiennent aux parents naturels, il faudrait par ailleurs que la fécondation ai lieu "ex-vitro" (je sais même pas si c'est possible lol). Bref l'idée c'est de dire que tant que l'enfant est celui des parents, qu'il n'y a pas de relations sexuelles entre le père et la mère porteuse c'est possible. Mon raisonnement peut être entièrement faux car en réalité je sais pas.

J'en profite pour proposer de lancer un thème de discussion pour la semaine en cours, par exemple "la naissance des enfants".
l'idée serait de reprendre les discussions se rapportant à ce thème ou encore d'en créer de nouvelles lié au thème.
__________________
Pas folle la guêpe!!!
ja-net est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 09h05   #3 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Citation:
Posté par ja-net Voir le message
Justement on attend tes éclaircissements
Bonjour!

Ne t'inquiète pas, je suis pour le moment en train de forger mon opinion sur la question par mes lectures, mes questionnements, mes recherches, la confrontation des avis pour mieux me situer, car la question est à analyser avec beaucoup de précautions et de sciences. En attendant, voici un texte qui en parle de façon parfois convaincante.
Citation:
Point de vue de l’islam
Mr Mohamed Latahy
Ancien Président de la Mosquée de Strasbourg

Je vais partir d’une lettre de la Ligue du Monde musulman en lien avec le Conseil de la Jurisprudence, surtout sur le clonage. La Ligue du Monde musulman se compose d’un certain nombre de juristes, de savants musulmans du monde entier, avec plusieurs commissions qui travaillent dans plusieurs domaines ; ses avis juridiques – les fatwas – sont diffusés dans le monde entier et les imams ne peuvent avoir que ces positions parce que c’est la Ligue qui décide plus ou moins dans ce domaine. Mais il peut y avoir d’autres savants musulmans qui ont des positions différentes. Les chiites par exemple sont d’accord pour la location de l’utérus tandis que les sunnites sont contre. Il peut y avoir des différences, dans le sens où les chiites disent que le lait de la mère a la même fonction que le sang, en tout cas dans la tradition musulmane. Donc, puisqu’une mère peut allaiter les enfants des autres, elle peut aussi prêter son ventre. Alors que les sunnites ne sont pas d’accord.
Je vais parler de ce qui est diffusé pour 90 % des Musulmans dans le monde. La Ligue du Monde musulman par l’intermédiaire de son Secrétariat Général a considéré le clonage comme un acte illicite. Elle a demandé que soit mis en place un ensemble de normes, de règles et de lois pour la recherche scientifique afin de ne pas heurter l’honorabilité, la dignité de l’être humain et par conséquent de son créateur. Elle a aussi demandé à la communauté internationale de se mobiliser contre cette discorde, appelée « fitna », qu’est le clonage humain en disant qu’il va nuire à l’humanité et qu’il contredit les lois de la vie que Dieu a voulue pour l’Homme. La lettre de la Ligue a été adressée par le Docteur Abdallah Torki, Secrétaire Général, et membre du Conseil des grands Savants en Arabie Saoudite, à tous les gouvernements, autorités religieuses et organisations cultuelles et culturelles.
Le rapport commence par un verset coranique qui parle de Dieu qui a créé toutes choses en lui donnant ses justes proportions. Dieu a créé l’Homme d’une façon juste dans ses proportions, beau, bien équilibré. La Ligue a suivi avec beaucoup d’intérêt les prétentions des Raëliens, ceux-là même qui véhiculent des idées fausses, qui contredisent les croyances de la plupart des religions révélées. La Ligue appréhende un grand danger en touchant à l’entité de l’Homme, à l’existence de l’Homme et à son honorabilité. Les savants se sont sentis interpellés et sont intervenus parce qu’on parle de création d’un Homme et dans l’Islam un des noms de Dieu est « Dieu créateur » parce qu’il peut créer de rien : il est donc le seul à pouvoir être créateur. Ils démontrent donc que le clonage est une opération scientifique qui utilise des cellules, des gènes animés par le souffle de Dieu mais d’une façon qui n’est pas innocente. On dit bien « animé par le souffle de Dieu », parce que lorsqu’il a créé Adam, Dieu a soufflé la vie dans Adam. Depuis, ce souffle de Dieu vit en nous, en chaque cellule. Ils utilisent la sourate « les pèlerinages » : « C’est nous qui avons créé deux terres, et puis d’une goutte de sperme, puis d’une adhérence, puis d’un embryon normalement formé aussi bien qu’informe, pour vous montrer notre omnipotence ». Puis plusieurs versets parlent de la création de Dieu et de celle de l’Homme – environ 300 versets coraniques parlent de la création de Dieu – et l’Islam considère aussi la procréation comme la création de Dieu parce que Dieu crée par sa parole, une fois qu’il a dit quelque chose, elle se met en place, elle nous imprègne, c’est elle qui fait la vie, c’est la parole qui nous fait vie.
La Ligue et le Conseil de la Jurisprudence musulmane ont interdit et criminalisé le clonage humain et celui qui le pratique depuis 1998 pour plusieurs raisons. Premièrement c’est une atteinte à la loi de Dieu dans la création (en utilisant plusieurs versets) : « Homme nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entre connaissiez ». Donc la seule façon d’avoir des enfants c’est de se marier, entre un homme et une femme. On ne peut pas créer un homme d’une autre façon.
Deuxième point : Dieu a créé l’Homme en lui soufflant la vie. Il n’est pas permis de toucher à cette création quelle que soit l’étape : soit une cellule, soit une adhérence, soit un embryon. Si la vie est sacrée, elle l’est du début à la fin.
Troisième point : le risque qu’on fabrique des monstres. On fabriquerait des monstres parce qu’on ne maîtrise par toute cette technologie, on ne sait pas sur quoi elle va déboucher. Il y a même des exégètes qui sont allés plus loin pour dire que c’est nous qui allions fabriquer l’Anti-Christ. « Il a créé le ciel et la terre en toute vérité il vous a donné votre forme, et quelle belle forme il vous a donné ; et vers lui le devenir ».
Quatrième point : le clonage est un changement dans les lois de la Création puisqu’il induit un changement dans la Création de Dieu, surtout par rapport au clonage reproductif.
Cinquième point : la parentalité. Une fois que la personne est clonée, ils demandent si elle serait le frère, la mère, le fils ? Par rapport à la mère, c’est pareil : est-ce qu’il sera la sœur de la mère, le père ? Cela pose beaucoup de problèmes juridiques que ce soit au niveau de la parentalité, de l’héritage. Cela ferait changer toutes les lois de la société.
Sixième point : dans la religion musulmane, le seul chemin pour la création est le mariage entre un homme et une femme.
Septième point : le clonage détruit la famille et donc automatiquement, la société puisque la cellule familiale est la base de la société.
Huitième point : la mort de la diversité et de la différence qui font partie de la loi de Dieu dans la Création.
Pour la Ligue il est urgent qu’il y ait une législation internationale concernant les sciences biotechnologiques et elle demande l’interdiction du clonage, confirme que le mariage entre un homme et une femme est le seul chemin vers la procréation ; elle demande de mettre en place des normes juridiques pour la recherche scientifique dans le domaine du génie génétique, des accords étatiques concernant la liberté de la recherche scientifique pour encourager la science bénéfique et interdire la science malsaine, interdire les expériences qui ont un rapport avec le clonage, mettre en place des lois qui punissent les coupables, ceux qui travaillent dans ce domaine et ceux qui les financent. Le porte-parole de la Ligue demande un Conseil mondial qui réunira des médecins, des philosophes, des savants et des religieux sur cette question. Donc une instance internationale spéciale pour les sciences de la religion et pour punir toutes les entreprises qui encouragent le clonage.
En ce qui concerne l’insémination artificielle : par le sperme du conjoint, c’est considéré comme un procédé thérapeutique permis dans le cas de maladies vaginales ou d’impuissance érectile. L’insémination artificielle hétérologue, donc par un donneur autre que le conjoint, n’est pas admise parce qu’elle pose des problèmes au niveau de la filiation, du mariage, du statut de la famille, de l’enfant lui-même puisqu’on ne sait pas qui est le géniteur. Il en va de même pour une donneuse d’ovocytes sans partenaire masculin.
La fécondation in vitro : l’islam admet cette pratique dans le cadre d’un couple marié ; autrement, toutes les formes de fécondation in vitro sont interdites puisqu’elles engendrent des problèmes concernant la filiation, l’héritage, le mariage, le statut de la famille. La jurisprudence reste muette sur les mères porteuses ; les sunnites n’ont absolument rien dit. Certains exégètes ont pourtant utilisé l’argument de l’allaitement pour dire que c’était possible mais j’avoue que le problème, dans le monde arabe, en tout cas dans le monde musulman, c’est l’absence de recherche. Par exemple, le problème des embryons surnuméraires ne se pose pas puisque ceux qui pratiquent l’insémination artificielle ou la fécondation in vitro ont des moyens et vont aux Etats-Unis ou en Angleterre pour le faire. La question ne se pose pas réellement. C’est à partir de 1998 que nous avons insisté pour que des scientifiques puissent assister à des réunions du Conseil de la Jurisprudence et nous avons posé des questions que nous vivons, nous ici en France ; on s’est rendu compte que les exégètes étaient vraiment très très loin d’avoir les moyens de formuler une fatwa. Nous l’avons constaté également par rapport au don d’organe. Il y a déjà une dizaine d’années, ils étaient 20% à autoriser les opérations de greffe et on constate qu’à force de leur poser des questions, à force de leur demander de sortir et d’aller voir ce qui se passe ailleurs, ils sont aujourd’hui 40% à être d’accord pour les greffes. Mais cela veut aussi dire que 60% ne sont toujours pas d’accord. Ce qui est bien dans l’islam, c’est que les avis juridiques ne sont que des avis. Un musulman a le choix entre plusieurs avis juridiques et donc, si mon cœur s’apaise pour un raisonnement, pour une analyse ou une argumentation, j’ai le droit de les suivre. Pour nous en France par exemple, on dit aux gens que pour la greffe il faut y aller parce qu’on admet que ce n’est pas normal que des enfants puissent bénéficier de la greffe mais que de l’autre côté nous ne soyons pas des donneurs. Si donc on voit que la greffe est bénéfique, qu’elle donne l’occasion à des gens malades de sortir de leur maladie et de vivre tranquillement, nous sommes d’accord avec les 40 % et nous défendons cette idée.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 05/08/2009 à 11h49.
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 09h07   #4 (permalink)
ROUMBALOVE
Senior Member
 
Avatar de ROUMBALOVE
 
Date d'inscription: février 2008
Localisation: Quelques part...
Messages: 2 399
Par défaut

Pour ma part : qu'est ce que dit l'islam autour de cette question, à vrai dire je ne sait pas.

Je ne sait pas si vous avez déjà rencontrer une femme qui désire un bébé et qui n’arrive pas, je peux vous assurer que c’est quelque chose qui est très douloureux.

Mais aujourd’hui avec les progrès réalisés par la science et la grâce de dieu, il est devenu possible d’obtenir une fécondation entre un ovule et une suspension de spermatozoïdes et de réimplanter ensuite dans l'utérus l'œuf fécondé afin que se poursuit le développement de l'embryon.

Je trouve cela génial pour les femmes qui ne peuvent pas féconder, autour de moi j’ai connu pal mal de gens qui ont fait une fécondation in vitro ou autre.
Je pense que le caractère licite ou illicite de la fécondation ou autre dépend de l'origine des éléments qui sont fécondés. Si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent d'une femme et d'un homme étrangers l'un par rapport l'autre, c'est à dire qu'ils ne sont pas unis par les liens du mariage, la fécondation doit être strictement interdite.

Par contre si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent de l'épouse et de l'époux, dans ce cas la fécondation doit être considérée comme étant licite.

Voilà mon opinion
ROUMBALOVE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 09h13   #5 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Citation:
Posté par ja-net Voir le message
Justement on attend tes éclaircissements
Bon essayons de raisonner je me dis (juste une supposition) que si une mère ne peut pas porter son enfant dans son ventre pour des raisons médicales graves, cela ne doit pas être contraire à la religion dès lors que l'ovule et le ou les spermatozoides appartiennent aux parents naturels, il faudrait par ailleurs que la fécondation ai lieu "ex-vitro" (je sais même pas si c'est possible lol). Bref l'idée c'est de dire que tant que l'enfant est celui des parents, qu'il n'y a pas de relations sexuelles entre le père et la mère porteuse c'est possible. Mon raisonnement peut être entièrement faux car en réalité je sais pas.

J'en profite pour proposer de lancer un thème de discussion pour la semaine en cours, par exemple "la naissance des enfants".
l'idée serait de reprendre les discussions se rapportant à ce thème ou encore d'en créer de nouvelles lié au thème.


Citation:
Posté par ROUMBALOVE Voir le message
Pour ma part : qu'est ce que dit l'islam autour de cette question, à vrai dire je ne sait pas.

Je ne sait pas si vous avez déjà rencontrer une femme qui désire un bébé et qui n’arrive pas, je peux vous assurer que c’est quelque chose qui est très douloureux.

Mais aujourd’hui avec les progrès réalisés par la science et la grâce de dieu, il est devenu possible d’obtenir une fécondation entre un ovule et une suspension de spermatozoïdes et de réimplanter ensuite dans l'utérus l'œuf fécondé afin que se poursuit le développement de l'embryon.

Je trouve cela génial pour les femmes qui ne peuvent pas féconder, autour de moi j’ai connu pal mal de gens qui ont fait une fécondation in vitro ou autre.
Je pense que le caractère licite ou illicite de la fécondation ou autre dépend de l'origine des éléments qui sont fécondés. Si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent d'une femme et d'un homme étrangers l'un par rapport l'autre, c'est à dire qu'ils ne sont pas unis par les liens du mariage, la fécondation doit être strictement interdite.

Par contre si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent de l'épouse et de l'époux, dans ce cas la fécondation doit être considérée comme étant licite.

Voilà mon opinion
Bonjour!

Je comprends certaines de vos suppositions, mais les choses ne sont pas aussi simples que ça au regard de l'Islam. La conception de l'enfant au regard de notre religion obéit à certaines règles strictes qui restent immuables.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 18/04/2009 à 14h45.
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 12h35   #6 (permalink)
ROUMBALOVE
Senior Member
 
Avatar de ROUMBALOVE
 
Date d'inscription: février 2008
Localisation: Quelques part...
Messages: 2 399
Par défaut

Citation:
Posté par Cheikhna Mouhamed WAGUE Voir le message
Bonjour!

Ne t'inquiéte pas, je suis pour le moment entrain de forger mon opinion sur la question par mes lectures, mes questionnements, mes recherches, la confrontation des avis pour mieux me situer, car la question est à analyser avec beaucoup de précautions et de sciences. En attendant, voici un texte qui en parle de façon parfois convaincante.
Qu'est ce que tu veut dire parfois convaiquannte

Citation:
La fécondation in vitro : l’islam admet cette pratique dans le cadre d’un couple marié ; autrement, toutes les formes de fécondation in vitro sont interdites puisqu’elles engendrent des problèmes concernant la filiation, l’héritage, le mariage, le statut de la famille. La jurisprudence reste muette sur les mères porteuses ; les sunnites n’ont absolument rien dit.
Donc la fécondation in vitro n'est pas interdit si elle est appliqué de manière licite mais en ce qui concerne les mères porteuse on est dans le doute, difficile

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 26/06/2008 à 12h41.
ROUMBALOVE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 12h40   #7 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Citation:
Posté par ROUMBALOVE Voir le message
Qu'est ce que tu veut dire parfois convaiquannte



Donc la fécondation in vitro n'est pas interdit si elle est appliqué de manière licite mais en ce qui concerne les mères porteuse on est dans le doute, difficile
Je voulais dire que le texte donne des idées qui ne sont pas en contradiction avec l'Islam.

Je n'ai pas encore dit qu'elle était licite ou illicite. Sans doute et selon l'avis de certains oulémas si toutes ces conditions sont respectées, elle est licite. Mais dans tous ces domaines rien ne fait l'unanimité, une fois de plus, dans le monde musulman. C'est bien de croiser d'abord tous les points de vue et en tirer une conclusion. Cela dit, je n'ai rien contre ton argumentation.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 12h48   #8 (permalink)
ROUMBALOVE
Senior Member
 
Avatar de ROUMBALOVE
 
Date d'inscription: février 2008
Localisation: Quelques part...
Messages: 2 399
Par défaut

Citation:
Posté par Cheikhna Mouhamed WAGUE Voir le message
Je voulais dire que le texte donne des idées qui ne sont pas en contradiction avec l'Islam.

Je n'ai pas encore dit qu'elle était licite ou illicite. Sans doute et selon l'avis de certains oulémas si toutes ces conditions sont respectées, elle est licite. Mais dans tous ces domaines rien ne fait l'unanimité, une fois de plus, dans le monde musulman. C'est bien de croiser d'abord tous les points de vue et en tirer une conclusion. Cela dit, je n'ai rien contre ton argumentation.
Oui j'avais bien saisie.

C'est qu' en tant que femme, et desireuse d'avoir un enfant, si un jour moi ou autre femmes serait dans ce cas là, sachons que faire ou ne pas faire

Esspérons avoir plus de précisons sur cette question

Merci comme même

Dernière modification par ROUMBALOVE 26/06/2008 à 12h50.
ROUMBALOVE est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 12h57   #9 (permalink)
SONINKA_Siré
 
Messages: n/a
Par défaut Quelques éléments de réponses...

Salam alaykoum,

Vous pouvez trouver des éléments de réponses
Citation:
L'insémination artificielle est-elle permise ?


Question :

L'islam autorise-t-il le recours aux techniques modernes d'assistance médicale à la procréation ? Un couple musulman peut-il, en cas d'infertilité, avoir recours à l'insémination artificielle ?


Réponse :

Plusieurs techniques existent, et il nous faut dire un mot sur elles avant de pouvoir répondre à votre question.


A) Procréation naturelle, et assistance médicale lors de cas d'infertilité :

Il faut tout d'abord rappeler qu'à l'origine d'un bébé se trouve la fécondation, c'est-à-dire la fusion d'un spermatozoïde (cellule sexuelle masculine) avec un ovule (cellule sexuelle féminine). La fécondation naturelle à lieu dans la trompe (qui se trouve dans le corps de la femme). C'est au moment de l'ovulation que l'ovule est émis par un des deux ovaires de la femme ; il passe ensuite dans la trompe située du même côté que l'ovaire. Quant aux spermatozoïdes, ils sont introduits par le biais d'un rapport sexuel puis sont conduits jusqu'aux trompes grâce à l'action de la glaire cervicale. Un seul spermatozoïde parvient à féconder l'ovule. L'embryon est né. Une fois fixé à la paroi de l'utérus, il devient un fœtus qui va se développer au cours des neuf mois de la grossesse avant de naître.
Les Assistances Médicales à la Procréation entendent pallier à certains problèmes d'infertilité : manque de mobilité des spermatozoïdes, absence de glaire cervicale, etc. Les AMP consistent à reproduire en laboratoire la fécondation et les premières phases du développement embryonnaire. Trois techniques principales sont proposées aujourd'hui :
1) L'Insémination Artificielle (IA) : cela se passe in vivo et consiste à introduire, à l'aide d'un instrument, des spermatozoïdes dans la cavité utérine le jour de l'ovulation. On procède, auparavant, à une "préparation" des spermatozoïdes et à une stimulation des ovaires (pour maîtriser et améliorer l'ovulation).
2) La Fécondation In Vitro (FIV) : cela se passe in vitro et consiste à mettre en contact, dans une boîte de culture, les spermatozoïdes et les ovules. Au bout de 48 heures, des embryons peuvent être obtenus, et ils sont alors replacés dans l'utérus (c'est le transfert), où ils pourront effectuer leur nidation.
3) L'Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) : cette technique tente de remédier aux cas où les spermatozoïdes ne peuvent pas féconder spontanément l'ovule ; cela se passe in vitro et consiste à injecter directement un spermatozoïde dans l'ovule. Le transfert des embryons obtenus est ensuite identique à celui d'une FIV.
Dans les techniques 2) et 3), quand, après la fécondation en laboratoire, on transfère l'embryon obtenu dans l'utérus de la patiente, il arrive que la nidification de cet embryon échoue. Pour augmenter les chances de réussite, on a donc recours à deux choses :
– lorsqu'on procède à la fécondation, on multiplie le nombre d'embryons issus des gamètes de ce couple ;
– on a tendance à implanter plusieurs de ces embryons dans l'utérus de la patiente (de 1 à 4). Or, certes les chances de réussite de la nidification augmentent avec le nombre d'embryons transférés, mais les risques de grossesses multiples augmentent également parallèlement. Et il peut arriver que trois embryons ayant réussi leur nidification, on soit obligé d'en supprimer un (réduction embryonnaire).

Les techniques de l'AMP peuvent être mises en pratique selon deux formules :
1) avec un don de cellules
(c'est ce que désigne la lettre "D" après "IA" dans "IAD" : "insémination artificielle avec sperme d'un donneur") ;
2) avec les cellules des deux conjoints exclusivement (c'est ce que désigne la lettre "C" après "IA" dans "IAC" : "insémination artificielle avec sperme du conjoint").

Quand vous avez compris ceci, voici ce que nous pourrons dire…


B) Le recours à l'une des techniques de l'AMP avec don :

Il arrive que la stérilité du couple soit due au fait que l'homme ne puisse pas produire du tout de spermatozoïdes, ou que la femme ne puisse pas du tout produire d'ovules. La médecine propose alors le recours au don de ces cellules (par exemple que l'ovule de la femme soit fécondé avec le sperme d'un donneur anonyme, puis que l'embryon produit soit implanté dans l'utérus de la femme ; c'est le don de sperme). L'éthique musulmane ne permet pas le recours aux techniques de procréation médicalement assistée avec des cellules autres que celles des conjoints eux-mêmes. Il n'y a donc pas possibilité d'avoir recours au don de sperme, ni à celui d'ovules, ni à celui d'embryons ; ni dans le cas où le donneur est anonyme, ni dans le cas où le donneur est connu. En effet, l'islam met l'emphase sur la protection de la filiation ("an-nassab"). C'est pourquoi il a institué le délai que doit attendre la femme divorcée avant de pouvoir se remarier : trois périodes menstruelles si la femme n'est pas enceinte et est réglée, l'accouchement si la femme est enceinte au moment du divorce : l'objectif (qasd) est d'éviter les situations de flou quant à la filiation. On ne peut pas déroger à ce principe si on tient vraiment à rester fidèle à l'éthique musulmane.


C) Le recours à l'une des techniques de l'AMP avec les cellules des deux conjoints exclusivement :

Il arrive que la stérilité du couple soit due seulement à des causes mécaniques : défaut de mobilité des spermatozoïdes, anomalie de la sécrétion de la glaire cervicale chez la femme, obturation ou altération des trompes, etc. Est-il alors possible, pour pallier à ces difficultés mécaniques, d'avoir recours aux techniques de l'AMP avec les gamètes des deux conjoints exclusivement ? En soi cela n'est pas interdit. Cependant, cinq objections sont parfois faites au sujet du recours à ces techniques qui pourraient laisser à penser qu'on ne peut pas y avoir recours. Mais des réponses ont été données par des juristes musulmans. Nous allons ci-après citer chacune de ces objections et la réponse qui y a été apportée.

"La fécondation ne se passe alors pas de la façon "naturelle"". Cela n'est cependant pas suffisant pour rendre un acte interdit. En effet, il s'agit du recours à une intervention entendant pallier des déficiences de l'organisme, ce qui ramène au principe de l'opération chirurgicale et de l'accouchement par césarienne. Ce qui compte c'est qu'aucun principe des sources ne soit transgressé.

"Le prélèvement du sperme du mari se fait par la masturbation ; or celle-ci est interdite". La règle normale concernant sa propre masturbation est en effet l'interdiction, et il faudra donc autant que possible avoir recours à une autre méthode : ce pourrait par exemple être l'épouse qui masturberait son mari. Si cela n'est pas possible (à cause de la configuration des lieux ou de la présence d'autres personnes, ou autre), on aura recours au prélèvement, effectué par le médecin, directement des testicules. Si cela non plus n'est pas possible, alors Khâlid Saïfullâh écrit que le mari lui-même pourra exceptionnellement recours à la masturbation, puisque cela est alors fait par nécessité ("hâja") (comme nous allons le voir dans le point suivant) (Islâm aur jadîd medical massâ'ïl, pp. 155-156).

"Dans certains cas (prélèvement à partir des testicules), le mari, et, dans tous les cas, la femme devront dévoiler leur nudité ('awra) au regard du médecin ; or cela est interdit". Il est en effet interdit de dévoiler une partie de son corps devant une personne par rapport à qui cette partie constitue une part de la 'awra. Les principes du droit musulman permettent cependant de dévoiler la partie strictement nécessaire pour une cause nécessaire, comme lors d'une opération chirurgicale nécessaire pour la santé du patient, etc. La question qui se pose ici est : le fait d'avoir un enfant constitue-t-il une cause de nécessité, de sorte que le patient puisse pour cette cause, déroger à la règle concernant la nudité ? Khâlid Saïfullâh pense que si cela n'atteint pas le degré de nécessité absolue ("dharûra"), cela atteint dans certains cas chez certaines femmes le degré de nécessité ("hâja"), quand le désir de maternité est très fort. Or, souligne Khâlid Saïfullâh, des textes de la jurisprudence musulmane (des siècles passés) ont permis le recours à des techniques de traitement qui comportent le fait de dévoiler une partie de sa nudité devant le médecin pour des raisons qui ne dépassent, elles non plus, pas le degré de "hâja". Si la stérilité est telle qu'on peut pallier aux causes qui la provoquent par une l'AMP, alors ce sera d'après Saïfullâh, un recours à la dérogation à la règle pour une nécessité reconnue comme telle ("istislâh") (Islâm aur jadîd medical massâ'ïl, pp. 156-160).
Autant que possible on aura cependant recours au dévoilement le moins grave ("akhaff") : si une femme médecin pratique l'AMP, la femme qui a recours à l'AMP aura recours aux services de cette médecin, car ce sera "akhaff". Si cela n'est pas possible, alors seulement en dernier recours elle aura recours aux services d'un homme médecin.

"Il y a le risque de devoir supprimer un embryon si plusieurs d'entre eux ont réussi leur nidification". Certes, un couple musulman ne peut pas faire supprimer un embryon qui a réussi sa nidification dans l'utérus de la femme, car cela s'apparente à un avortement, qui n'est autorisé que dans des cas de force majeure (cliquez ici pour voir lesquelles). Cependant, il faut savoir que le choix du nombre d'embryons à implanter se fait au cas par cas, afin justement d'éviter les risques de grossesses multiples. Le couple musulman qui a recours à une FIV ou à une ICSI ne doit donc pas hésiter à dire clairement au médecin qu'étant donné qu'il ne veut pas faire supprimer un embryon ayant réussi sa nidification, il ne souhaite pas en courir le risque et il ne souhaite donc pas se faire implanter plus qu'un ou deux embryons (cela dépend également de l'âge de la patiente, de la qualité des embryons...).

"Des embryons du couple, produits en surnombre, demeurent dans des banques, laissés à un sort inconnu". Il est vrai que les embryons non utilisés sont congelés – on parle d'embryons surnuméraires – ; or cela pose un vrai problème éthique, car ses géniteurs ne savent pas ce qu'il adviendra d'eux bien qu'il s'agisse d'êtres humains potentiels. Cependant le problème peut en fait être évité à sa racine, comme les juristes musulmans le disent, en évitant justement de donner naissance à un nombre d'embryons supérieur à celui qui va être implanté (Al-fiqh al-islâmî wa adillatuh, tome 7 p. 5181). Et au cas où, malgré tout, ont été formés des embryons en surnombre par rapport aux besoins du couple, il ne faut pas les congeler ; il ne faut pas non plus faire un acte pour les détruire ; il faut les laisser sans soin jusqu'à ce qu'ils s'éteignent de façon naturelle (Al-fiqh al-islâmî wa adillatuh, tome 7 p. 5181).


D) Le recours aux mères porteuses :

Le fait de donner naissance in vitro à un embryon issu exclusivement des cellules d'un couple donné, mais ensuite de l'implanter non pas dans l'utérus de la femme dont est issu l'ovule mais dans celui d'une autre femme, est-ce permis au regard des principes de l'islam ?
Non, répond le savant al-Qardhâwî, même si cette "mère porteuse" est la co-épouse de la femme qui a fourni l'ovule (toutes deux étant mariées à un même homme, comme cela est possible dans les pays où la polygamie est pratiquée). Non, car être mère ce n'est pas seulement être la femme qui a fourni l'ovule qui a été fécondé ; être mère ce n'est pas non plus seulement avoir porté en son être le bébé pendant neuf mois avant de le mettre au monde. Etre la maman d'un bébé, c'est avoir fait ces deux choses. Or le recours aux mères porteuses fait que ces fonctions sont dissociées, on ne sait plus alors très bien qui est la maman, avec tous les risques de litiges que cela peut entraîner entre les deux femmes à propos de l'enfant et les répercussions sur l'enfant (Fatâwâ mu'âssira, tome 3 p. 513, tome 1 pp. 567-574).


Synthèse de la réponse :

Un couple musulman ne peut pas avoir recours aux techniques d'insémination avec don.
Il ne peut non plus avoir recours aux "mères porteuses".
En revanche, il peut avoir recours aux techniques d'assistance médicale à la procréation, à la condition première que les spermatozoïdes et ovules soient ceux de ses deux composants exclusivement, et à la condition seconde que les autres principes évoqués en B ci-dessus soient respectés (éviter le surnombre d'embryons, avoir recours à la solution la moins grave pour la question de la nudité, du prélèvement du sperme, etc.).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).
Salam alaykoum

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 26/06/2008 à 13h01.
  Réponse avec citation
Vieux 26/06/2008, 12h59   #10 (permalink)
Cheikhna Mouhamed WAGUE
Bayou!
 
Avatar de Cheikhna Mouhamed WAGUE
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 8 231
Par défaut

Citation:
Posté par ROUMBALOVE Voir le message
Oui j'avais bien saisie.

C'est qu' en tant que femme, et desireuse d'avoir un enfant, si un jour moi ou autre femmes serait dans ce cas là, sachons que faire ou ne pas faire

Esspérons avoir plus de précisons sur cette question

Merci comme même
Franchement, tu n'as pas à me remercier. Tu n'es pas la seule qui hâte d'avoir des précisions sur la question, mais ça viendra incha Allah. Par contre, la question n'est pas une affaire de femmes seulement, à mon humble avis. Du coup, ton post donne d'autres idées. Tu vois si l'Islam donnait cette possibilité à chaque femme ou à chaque homme d'avoir recours à une mère porteuse quand ils le souhaitent, le désordre que cela causerait sur la terre. Toute femme, même n'étant pas mariée, peut négocier avec un homme pour avoir son sperme et ensuite combiner tout cela, à l'aide des services médicaux spécialisés, et l'injecter à la mère porteuse. L'homme, même n'étant pas marié, peut aussi faire la même chose. D'un point de vue éthique et religieux, cette histoire ne doit se faire d'abord que dans le cadre d'une union légale, sinon bonjour à tous les dégâts. Cette question doit être bien canalisée, sinon c'est l'humanité entière qui en pâtira à long terme. Bien à tout le monde.
__________________
"Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse".(Alfred de Vigny). "Je rends un hommage bien mérité à l'amitié quand elle est sincère et à la parenté quand elle est bien entretenue". http://smk.eklablog.com/

Dernière modification par Cheikhna Mouhamed WAGUE 26/06/2008 à 23h08.
Cheikhna Mouhamed WAGUE est déconnecté   Réponse avec citation
Liens Sponsorisés

Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are oui


Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Les conditions d'attribution d'un prénom au regard de l'Islam! ptitbabtou Religion 45 19/07/2010 21h13
Le port du gris gris au regard de l'Islam? Cisko Religion 16 25/01/2010 17h55
Filles-Méres maryama Sujets Divers 7 11/10/2009 16h09
Regard de l'Islam sur la spéculation et les actions en bourse, les stock options Fodyé Cissé Religion 14 29/09/2009 08h56
La question de la masturbation sous toutes ses formes au regard de l'Islam msin Religion 17 26/02/2008 11h05


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 16h37.


Édité par : vBulletin® version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.0.0
Integrated by BBpixel Team 2014 :: jvbPlugin R1013.368.1
Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
Soninkara.com © Tous Droits Réservés!

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86